Massage à multiples avantages pour les femmes enceintes

La plus grande majorité des femmes enceintes affirment sans hésiter que donner la vie est la meilleure expérience que l’humanité puisse offrir à la gent féminine. Pourtant, force est de reconnaitre que la grossesse est loin d’être une partie de plaisir. Mal de dos par-ci, tensions musculaires par-là, à chacun son lot de douleurs. Le comble est que les femmes enceintes sont sujettes à plusieurs restrictions à tel point qu’il leur est difficile de trouver une solution adéquate à cette ribambelle d’ennuis.

Un must pour le confort

Le massage prénatal est la solution représentant le meilleur compromis pour se sentir confortable et à l’aise au cours des 9 mois de grossesse. Il est d’autant plus utile au dernier stade de cette période, c’est-à-dire à partir du deuxième trimestre jusqu’à l’accouchement.

Les douleurs s’atténuent grâce aux frictions, pétrissages et effleurages effectués par le spécialiste. Néanmoins, le massage pour les femmes enceintes ne doit pas se faire à la légère. La personne qui s’en charge doit avoir les compétences nécessaires étant donné la fragilité de leur corps.

Dans la mesure où les nausées et les vomissements persistent au-delà du 3ème mois, cette technique est plus à même d’en venir à bout. Quoi qu’il advienne, elle ne doit pas être faite plus d’une fois par semaine en deçà du 7ème mois. D’ailleurs, seuls deux massages hebdomadaires sont autorisés même au cours des trois derniers mois. À ce stade, l’objectif principal est de rendre la mise au monde un peu moins complexe tout en assurant le sommeil de la mère. Pour ce faire, le masseur se concentre essentiellement sur le travail des muscles.

Santé avant tout

Certes, les avantages du massage prénatal sont bien tentants, mais les contre-indications ne doivent en aucun cas être prises à la légère. Une femme enceinte diabétique ne peut pas recourir à cette méthode. De même pour celles qui présentent des signes d’hypertension. Ainsi, il n’est pas très prudent de se laisser tenter par l’anéantissement des douleurs, sciatiques y comprises, au détriment des autres aspects de la santé.

Au cas où des pertes de sang ou de fluides sont remarquées, le plus sage est de ne faire aucun massage. Pareillement, la présence de blessures externes ou d’inflammations cutanées est un obstacle à cette pratique. Les varices se trouvent dans le même panier. En cas de problème lié au col de l’utérus, l’avis d’un gynécologue est toujours nécessaire.