Les visites virtuelles d’une entreprise : comment choisir le bon prestataire

La connaissance des bases de la photographie n’est pas nécessaire pour réaliser une visite virtuelle. Par contre, la créativité et les compétences techniques en photographie comptent vraiment pour obtenir un rendu parfait.

Pourquoi faut-il avoir des compétences techniques ?

La non-maitrise des techniques en photographie ne reste pas sans conséquence sur les prises de vue en intérieur. Comme toutes les ouvertures (fenêtres, baies vitrées, etc.) sont, en effet, sources de lumière différentes et qu’une partie de la pièce est toujours insuffisamment éclairée, le photographe doit s’y adapter et gérer la luminosité. Il doit aussi régler son appareil de façon optimale pour ne pas avoir des images avec une couleur différente, ce qui va altérer leur qualité.

Quelles sont les solutions ?

Il sera difficile de procéder au réglage de l’appareil photo en fonction des sources de lumière sans connaître les bases de la photographie.

  • Le réglage pour les extérieurs

L’extérieur et les parties situées près des ouvertures seront bien clairs, mais l’intérieur et les parties non éclairées seront négligés. Ce type de réglage est donc déconseillé.

  • Le réglage pour les zones sombres

Si l’intérieur est bien mis en valeur, l’extérieur et les zones à proximité des ouvertures seront blanches et donc sans informations. Cette solution peut être utilisée par un prestataire visite virtuelle.

  • Le réglage ni fait ni à faire

C’est le compromis entre « cliché sur exposé » et « cliché sous exposé ». Par contre, il est possible de rattraper les failles pendant la post-production.

Quid du flash ?

Il est impossible d’utiliser ce type d’éclairage artificiel puisque la réalisation de photographie sphérique demande plusieurs clichés à partir d’un point central fixe et de la rotation pour dégager l’ensemble d’une pièce. Il y aura donc des flashs en photo.

HDR ou High Dunamique Range constitue une alternative au flash. Cette technique permet d’obtenir une image finale constituée de plusieurs photos avec des valeurs d’exposition ou une intensité lumineuse différentes les unes des autres. Les images seront alors plus informatives.

La parallaxe : une erreur récurrente

Elle est principalement due à un réglage inadapté du matériel, en l’occurrence de la rotule panoramique. Les défauts se font remarquer pendant l’assemblage des photos en post-production : les décalages sont importants, les raccords sont visibles, etc.

Certes, ces anomalies n’auront pas toujours des impacts négatifs puisque tout dépend du lieu à représenter. Par contre, s’il s’agit d’une entreprise ou d’un établissement doté d’un intérêt esthétique, la qualité des photos doit être impeccable.