Ce qu’il faut savoir sur le cannabis thérapeutique

Un nouveau décret autorisant la commercialisation des traitements à base de cannabis vient d’être promulgué. Si le cannabis a toujours servi à traiter différentes pathologies, la version thérapeutique soigne quoi et dans quel cadre ? Voici quelques explications sur l’usage du cannabis thérapeutique.

Le cannabis thérapeutique permet de soulager les douleurs intenses

Ce n’est certainement pas une évolution majeure dans le monde de la phytothérapie ou de la conception des médicaments à base de plantes, mais l’avènement et la légalisation du cannabis dans le monde médical serait quand même une chose nouvelle. Si le cannabis thérapeutique fait déjà l’objet de quelques recommandations, des études cliniques sont encore en cours concernant l’efficacité de certains de ses dérivés sur quelques pathologies. Il s’agit en outre des douleurs intenses d’origine cancéreuse ou neuropathique comme les lésions de la moelle épinière, le zona ou les hernies discales difficiles à soulager. Pour les médecins défendeurs du cannabis médical, l’utilisation de cette plante en petite dose est une petite porte qui s’ouvre pour les malades qui en ont besoin. Cependant, il faudrait que le tabou entourant ce produit soit levé en France. Il est également nécessaire de cesser l’amalgame impliquant l’usage récréatif de cette substance.  

Le cannabis thérapeutique sert effectivement à calmer les nausées et les vomissements dus à la chimiothérapie. On peut également  traiter l’anorexie liée à un cancer ou aux traitements du VIH, des douleurs (arthrites, migraines…). Il en est de même pour certains troubles du comportement (de l’attention) le syndrome de Gilles de la Tourette.

Idéal pour calmer les raideurs dans la sclérose en plaques

Les médicaments à base de tétrahydrocannabinol (THC) et de cannabidiol (CBD) sont déjà disponibles dans plusieurs pays européens (Allemagne, Angleterre, Espagne, Italie…). Ils sont indiqués pour soulager les contractures dans la sclérose en plaques. Voilà pourquoi les spécialistes de cette maladie neurologique se montrent favorables à l’introduction des cannabinoïdes dans le traitement de cette pathologie grave. Comme les raideurs dans la sclérose en plaques provoquent une gêne assez conséquente, de nombreux patients ont impatiemment attendu la sortie de ce nouveau traitement. Le cannabis thérapeutique réduit significativement les spasmes sans effets psychotropes. Toutefois, bien qu’utilisable dans toutes les formes de SEP, ce produit n’agit que chez 30 à 50 % des malades. Des études et des recherches visant à l’amélioration de cette substance sont toujours en cours et il est certain que de nouveaux produits seront prochainement disponibles sur le marché.